Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 19:12

 

Etudions le grâce à : L’ ARNACO SCOP »

         

 Un virus économique est apparu  qui menace la classe salariée.
Son effet clinique est  l’intoxication idéologique. Il produit un aveuglement intellectuel ponctuel ou durable selon les cas, à savoir l’occultation des causes de crise du capitalisme et surtout, du seul vrai remède à y apporter. Naturellement, les sujets les plus  exposés et les plus vulnérables sont les salariés en but à une quelconque galère de leur entreprise, de la baisse substantielle des affaires à la faillite organisée ou autre exode du Capital vers des espaces plus juteux.

Il porte un nom qui déjà annonce par lui-même un bruit de massue  sur les consciences : la SCOP ! (à l’ appellation ronflante de « société coopérative et participative »)

On ne s’étonnera donc pas que les échotiers attitrés des intérêts de la classe dominante (politicards, médias etc…) lui assurent actuellement (grâce à l’expectative du syndicalisme faillitaire) une si chaude publicité.

Puisque le symptôme caractéristique produit par cette saleté de parasite n’est ni plus ni moins que le rachat coopératif des oripeaux industriels par les salariés eux-mêmes!

En terme économique cela signifie l’anéantissement du salaire  dans les ruines du capital.

Car quelle que soit la source immédiate des fonds mis en jeux dans ce genre de combinaison, il s’agît bel et bien de salaire, in fine

Le plus bel exemple de ce piège (en même temps que celui d’un héroïsme ouvrier  forçant le  respect et l’admiration) a été fourni dans les années 80 par les mineurs anglais de la célèbre TOWER COLIERY.

Un esprit simple s’ étonnerait que dans les conditions actuelles, la classe ouvrière puisse être égarée  au point d’ éponger à ses frais les effets de telle ou telle déchéance conduite par ceux qui vivent et s’ enrichissent de leur travail non payé.

Cet esprit simple dirait même qu’ il est doublement sot et absurde d’ attendre que l’ affaire soit dans le mur pour en prendre les commandes   et que par extension, la crise devrait inspirer à la classe ouvrière, non pas des réactions de ce genre qui ne sont que sauvegarde du capitalisme, mais la solution générale radicale, son élimination pure et simple.

Car on ne voit pas pourquoi, si la classe salariée  est capable de recréer de la viabilité à partir des  poubelles du système, elle devrait s’arrêter là !

Autrement dit, pour notre esprit simple, cette saleté de SCOP, avec sa « tronche de radeau de la méduse », n’est rien d’autre que le mirage d’une fausse propriété, plus traître encore(en particulier dans les conditions actuelles) sous le capitalisme que l’exploitation sans masque.

Inutile de dire ce que valent les discours mielleux de toutes les facettes du réformisme, de droite à gauche, sur cette question.

Décidément, vous dira l’esprit simple, comme le démontre si bien le marxisme, que ce soit au propre ou au figuré, le Capital ne peut réellement être racheté par la classe exploitée, mais uniquement exproprié ! Ce qui n’est en fin de compte que « rendre à César ce qui…. ». Etc

Paru dans le " Pays briard" du 09 Mars 2012

Partager cet article

Repost0

commentaires